P-H Coste ( Guitare / Chant )

Centres d’intérêt :

- Ce qui se mange
- Ce qui se boit
- Voyager à travers le monde pour retrouver les membres perdus de sa famille
- La poésie et la musique aussi, un peu

Activité professionnelle :

- Actuellement en période de restructuration professionnelle en vue de devenir écrivain / poète
- Guitariste de Foolbazard
- Gardien de la paix, CRS, Casque bleu dans un collège

Sport(s) pratiqué(s) :

- A envisagé un temps de participer à la route du Rhum avant de réaliser que c’est une course transatlantique.
- Concours de bouffe (Champion de France, de Castille et de Navarre).

Don Pierro Costa De La Vega (Pierre-Hugo Coste)


La mère de Don Pierro Costa donna naissance à son fils en Juillet 1994 derrière le comptoir d’un bar à tapas de Séville. La légende dit qu’au sortir du ventre de la Madre, le bambino s’écria « Sangria » avec un air enjoué.


Les deux premières années de la vie de Don Pierro furent bien plus fastes que celles de ses collègues du Bazar, ses parents tenant un bar, leur situation était plus stable. Le petit avait donc un toit sur la tête, et il mangeait à sa faim… puis à la faim des autres. Il bouffait comme un ours. De mois en mois, il poussait petit à petit ses parents sur la paille rien qu’avec son appétit. A l’âge de 2 ans, sous les yeux stupéfaits des badauds, il mangea à lui seul un petit cochon de lait rôti à la broche, et lorsque sa mère leva la main pour le fesser, il s’écria « Mojito », car ça lui avait donné soif. C’était la goutte d’eau, les parents, ruinés le jetèrent à la rue et embarquèrent pour l’Irlande. Un véritable coup de grisou pour le développement de l’enfant.


Les années suivantes, Don Pierro vécu de chasse et de pêche dans la campagne reculée de Séville. Il posait des collets pour attraper des lièvres et volait ça et là des vivres dans les magasins carrefour pour survivre. C’est à cette période qu’il apprit la guitare pour tromper la faim qui le tiraillait la nuit. Petit à petit, il gagna quelques sous en faisant des représentations musicales et pu mieux manger.


A l’âge de 16 ans, il retourna à Séville et retrouva sa mère lors d’une représentation dans un bar, elle lui apprit qu’elle avait eu un autre enfant en Irlande, elle l’avait abandonné car c’était un poison lui aussi.


Ni une ni deux, Don Pierro se mit à la recherche de son petit frère.

Nous contacter

 

Email: foolbazard@gmail.com    |    Téléphone: 06 38 69 96 23

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now